Une incursion dans le Nord : le ministre Vandal discute avec Natan Obed et Aluki Kotierk de la Subvention pour le soutien des chasseurs-cueilleurs (vidéo)

Une incursion dans le Nord : le ministre Vandal discute avec Natan Obed et Aluki Kotierk de la Subvention pour le soutien des chasseurs-cueilleurs

Transcription

Texte à l'écran : La Subvention pour le soutien aux chasseurs‑cueilleurs du gouvernement du Canada, annoncée le 14 avril 2020, a été élaborée en collaboration directe avec des partenaires inuits afin d'améliorer l'accès aux aliments traditionnels et de réduire les coûts élevés de la chasse et de la cueillette.  

Natan Obed, Président de l'Inuit Tapiriit Kanatami : L'insécurité alimentaire est un enjeu quotidian pour nous. L'insécurité alimentaire est très fréquente dans nos 4 régions d'Inuit Nunangat. Elle atteint de 68,3 à 77,6 % selon la région.

Texte à l'écran : Plus des deux tiers des Inuits préfèrent encore le prélèvement de leur nourriture à même la nature à la nourriture traditionnelle.

Natan Obed : L'octroi de 28,6 millions de dollars directement aux Inuit au cours des 5 prochaines années pour la Subvention pour le soutien aux chasseurs-cueilleurs fera augmenter la pratique de notre culture par les Inuit, favorisera une chasse durable et enrichira et améliorera l'alimentation de nos familles.

Aluki Kotierk, Présidente de Nunavut Tunngavik Inc. : La chasse et la cueillette font et feront toujours partie de notre identité. Nous dépendons de l'abondance du milieu naturel dans lequel nous vivons. C'est enfin une bonne solution par laquelle le gouvernement fédéral reconnaît et affirme que nous n'avons pas à changer qui nous sommes pour faire partie de la société canadienne. Et que nous aurons de l'aide pour nous rapprocher encore plus de ce que nous sommes vraiment et ne pas avoir honte d'être Inuit.  Je me plais à penser que c'est le début d'une ère où les jeunes Inuit vont grandir et dire fièrement qu'ils veulent chasser, cueillir, coudre, et je pense que c'est un point charnière pour les Inuit, une façon pour eux de montrer qu'ils peuvent prendre toute la place qui leur revient au Canada.

L'honorable Dan Vandal : Quelle est la vision à long terme pour rendre un programme de soutien à la chasse et à la cueillette efficace? Et y a-t-il d'autres infrastructures, d'autres initiatives que le gouvernement fédéral pourrait soutenir?

Aluki Kotierk : Bien que j'apprécie la Subvention pour le soutien aux chasseurs-cueilleurs, je pense qu'elle ne va pas assez loin; je la vois comme un élément d'une vision beaucoup plus large que nous avons en tant qu'Inuit. Mais j'imagine que nous pourrons avoir des marchés d'aliments prélevés dans la nature avec, dans nos communautés, des chasseurs-cueilleurs inuits qui pourront partager et vendre ce qu'ils auront chassé ou cueilli. Je pense qu'il y aura une possibilité, et même un endroit, pour un transfert intergénérationnel du savoir des chasseurs‑cueilleurs inuits plus âgés aux Inuit plus jeunes. J'imagine qu'il y aura des espaces, des infrastructures chauffées dans les communautés où les Inuit pourront réparer l'équipement de chasse et de cueillette. Et je suis enthousiaste à propos de ce que j'ai mentionné plus tôt, à savoir que les jeunes Inuit peuvent y aspirer et contribuer à cette très importante économie de la chasse et de la cueillette.

Natan Obed : J'imagine que le fait d'avoir non seulement l'autodétermination d'imbriquée dans notre Subvention pour le soutien aux chasseurs-cueilleurs, mais aussi un partenariat ciblé que nous pouvons établir ensemble pour le fonctionnement de Nutrition Nord, en fait un programme social qui répond aux besoins des Inuit de tout le Nunangat.  Nous avons aussi tellement de travail à faire au sein de nos communautés et nous en sommes aux dernières étapes de la mise au point d'une stratégie nationale sur la sécurité alimentaire des Inuit. Tout commence par les systèmes alimentaires et le bien-être. Ainsi, avec des lois et des politiques, avec des programmes et des services, nous pouvons créer des structures qui améliorent l'autodétermination des Inuit, entraînent à la baisse le taux d'insécurité alimentaire et procurent aux Inuit les aliments qu'ils veulent vraiment.

L'honorable Dan Vandal : Comment notre ministère peut-il vous aider à vous adapter à la réalité des changements climatiques en cours?

Natan Obed : Pour nous, construire des infrastructures résilientes qui tiennent compte des changements climatiques est une nécessité si nous voulons avoir des communautés viables à long terme. De plus, grâce aux infrastructures maritimes, les Inuit pourront chasser et apporter la viande à nos communautés d'une manière beaucoup plus simple, rentable et prévisible que ce que nous avons actuellement.

Aluki Kotierk : En ce qui concerne les changements climatiques, il est également important, comme je l'ai dit, que la connaissance intergénérationnelle des terres chez les Inuit soit transmise des Aînés aux jeunes. C'est pourquoi je pense que cette Subvention pour le soutien aux chasseurs‑cueilleurs sera importante. Comme je l'ai dit, il y aura de jeunes Inuit qui aspireront à devenir des chasseurs‑cueilleurs.

Natan Obed : Chasser, ce n'est pas seulement aller tuer des choses pour les manger. C'est une partie de la compréhension que nous avons de notre monde et de notre pays, et c'est vital pour la durabilité. 

Aluki Kotierk : Je vous laisse sur ces mots : j'espère que le gouvernement fédéral continuera à adopter l'approche novatrice consistant à demander aux Inuit ce dont ils ont besoin pour affronter leurs défis. Merci.

Texte à l'écran : Merci à nos participants
Subvention pour le soutien aux chasseurs-cueilleurs
Natan Obed, Président de l'Inuit Tapiriit Kanatami
Aluki Kotierk, Présidente de la Nunavut Tunngavik Inc.

Texte à l'écran : Vidéo rendue possible grâce à la fondation Movember

Date de modification :